Actualités

OUVERTURE D'UN DEBAT SUR LA REFORME DE L'ETAT

Vendredi, 18 Mars, 2016

 

 Alain SANDLER

 

Président du Cercle des Citoyens Français

 

 « Ouverture d’un débat sur la réforme de l’état »

 

 

 

« Il faut réveiller la France, en libérant et en responsabilisant la société toute entière.

 

 

 

Un effort de réduction des dépenses publiques est une priorité, un passage obligé pour faire face aux réformes économiques fondamentales et redonner une compétitivité réelle au pays.

 

 

 

La tâche à accomplir est immense. Il va falloir une force de conviction, de l’endurance et un courage à toute épreuve pour affronter les obstacles qui ne manqueront pas de se dresser sur le chemin du renouveau.

 

 

 

Le prochain Président de la République a rendez-vous avec le destin de notre pays, il a rendez-vous avec les Français et non avec les partis politiques.

 

 

 

Ce sera la chance de la France pour changer en profondeur et rester un pays qui compte réellement en Europe et dans le Monde.

 

 

 

Il va falloir réformer le pays  de fond en comble pour réussir son changement.

 

 

 

Pour cela il faudra respecter des ordres de priorités en donnant enfin une vision à long terme de ce que doit devenir notre pays. En effet tout ne pourra pas se faire immédiatement car il,  faut réformer dans tous les domaines.

 

 

 

Les priorités   à engager dans les premiers mois du quinquennat, qui devra  devenir un septennat non renouvelable sont indiquées dans ce qui suit.

 

 

 

Le temps du   marketing politique non suivi de décisions concrètes et profondes est révolu. Il faut oser et agir, il est grand temps de réaffirmer les responsabilités qui incombent à toutes et à tous.

 

 

 

Les Français doivent  prendre en main leur destin, dans le respect de l’équité de traitement de tous les citoyens. Cette équité qui doit être respectée dans toutes les décisions prises en refusant tous les privilèges. Ils doivent accepter de rompre avec un passé démagogique, en oubliant leurs intérêts personnels et les avantages acquis qui vont à l’encontre de l’intérêt général.

 

 

 

Il faut libérer le pays des dogmes, des idéologies, des peurs, des tabous, pour réussir sa renaissance et forger une démocratie à la Française.

 

 

 

• Il faut oser   dire la vérité

 

  • Il faut oser changer notre système politique pour l’orienter vers une démocratie véritable donc renouvelée.

 

• Il faut oser   faire les réformes qui permettront de sortir la France de son ornière.

 

• Il faut oser une nouvelle constitution adaptée au Monde moderne celle qui date de 1958 est usée et elle a mal vieillie.

 

  • Il faut agir dans tous les domaines car tout est lié pour réussir

  • Il faut s’attaquer aux causes du mal français et non à ses conséquences »

 

 

 

 

 

Chaque lecteur de notre lettre hebdomadaire, est appelé à donner son avis, par mail (lecercledescitoyens@orange.fr) et à faire des suggestions ou donner son assentiment sur le sujet. Il s’agit en quelque sorte d’un sondage d’opinion, adressé à un millier de citoyens comme vous.

 

 

 

Merci par avance, à toutes et à tous de nous aider

Et de contribuer à cette action en responsabilité.

 

 

 

Une Réforme d’envergure donnant la parole aux citoyens dans une démocratie véritable. Elle faciliterait la réduction drastique du train de vie de l’état et surtout la mise en œuvre des réformes fondamentales que les élus n’ont pas voulu faire depuis des décennies pour moderniser notre pays et en finir avec la gabegie financière et la complexité de nos règlementations.

 

 

 

Le traitement équitable de tous les citoyens étant inscrit dans la prochaine constitution et respecté dans notre législation. Il sera ainsi mis fin à tous les privilèges qui sont encore trop nombreux en France. Qu’il s’agisse de nos élus ou des écarts de traitement entre le privé et le public comme dans notre fiscalité.

 

 

 

 

Le Président : Elu au suffrage universel pour un mandat non renouvelable de 7 ans pour être le           Président de tous les Français et non un chef de parti idéologue

Le Premier Ministre : Nommé par le Président

 

 

 

Le Gouvernement : Nommé par le Premier Ministre et composé d’une  quinzaine de Ministres régaliens.

 

 

 

L’assemblée Nationale : Composée de 250 députés élus pour 5 ans, renouvelables une seule fois. Cumul de mandats interdit pour les députés. Ils travaillent en liaison avec tous les Maires de leur circonscription, quelle que soit leur étiquette politique. Le nombre de circonscriptions sera donc ramené à 250 au lieu de 577.

Les députés seront élus lors d’un scrutin uninominal à un seul tour. Chaque circonscription aura 1 député et un ou une suppléante active selon que le député élu sera un homme ou une femme. Cette méthode évitera les magouilles de second tour et donnera au suppléant ou à la suppléante une utilité permanente. Ils ou elles seront  rémunérés, au même titre que les attachés parlementaires qui ne seront plus indispensables.

Le Conseil National de la Citoyenneté : Les Conseillers (130 – 10 par régions) sont tirés au sort sur des listes régionales de volontaires répondant aux critères de compétence définis dans la Charte du Conseil, établie initialement par le Président de la République et son Premier Ministre, excluant tout membre d’un parti politique ou d’un syndicat et tenant compte de la parité. Les Conseillers étant renouvelés tous les 3 ans. Le Conseil siégeant au C.E.S.E.  Ce conseil se substitue aux C.E.S.E régionaux et nationaux et au Sénat et siège deux fois deux jours par mois. Il a pour mission de lancer des pétitions nationales sur les sujets qu’il aura ressenti à travers le pays et sur lesquels il aura débattu. Une journée du Citoyen sera instaurée qui donnera lieu à un référendum sur tous les Objets qui auront enregistrés la signature par pétition de 1 % du Corps électoral soit 450 000 signatures au minimum. Cette réforme étant inscrite dans le marbre de la constitution. La journée du Citoyen devra être fixée un jour déjà férié, comme le 14 juillet ou le 11 novembre.

 

 

 

Les Régions : au nombre de 13 selon la nouvelle réforme de 2015. Les conseillers régionaux seront élus pour 5 ans, renouvelables une seule fois. Le cumul de mandat d’un Conseiller régional est interdit.

 

 

 

Les Métropoles : Elles mettront définitivement fin aux départements et regrouperont les Communes de leur territoire. Les communautés de Communes seront supprimées.

 

 

 

Les Communes : Leur nombre sera divisé par trois (par fusion des petites communes : plus de communes de moins de 5000 habitants afin de rentrer dans la moyenne Européenne). La fonction de Maire sera ainsi valorisée et mieux rémunérée. Son domaine de compétences sera renforcé et non réduit comme aujourd’hui. La rémunération du Maire et de ses conseillers sera améliorée.

 

 

 

Toutes les autres composantes du millefeuille territorial étant définitivement supprimées. Toutes les agences de l’état (comités Théodule), il y en a 1200,  seront revues et corrigées en fonction de leur efficacité et de leur coût.

 

 

 

Cette réforme instituera donc un contrepouvoir citoyen, indispensable dans une démocratie véritable.

 

 Fini le chèque en blanc pour 5 ans !!! Le gouvernement et l’assemblée nationale seront enfin mis dans l’obligation de respecter le ressenti des Français.

 

Il est fort probable que cette nouvelle façon de faire de la politique réconciliera les citoyens avec leurs élus.

 

 

 

Il serait souhaitable que pour chaque référendum annuel, le vote devienne obligatoire car c’est un devoir que de participer à la vie de son pays. Comme l’a si bien dit J.F. KENEDDY « ne vous demandez pas ce que votre pays peut faire pour vous, mais demandez-vous ce que vous pouvez faire pour votre pays. »

 

 

 

Il est évident que le Cercle des Citoyens Français, portera à la connaissance du plus grand nombre, lorsque la proposition sera définitive, c’est-à-dire après les avis divers et variés reçus de la part de nos amis qui seront j’en suis sûr pertinents, un projet en phase avec le souhait d’une majorité.

 

Ce sera obligatoirement une vision d’avenir pour notre démocratie, c’est-à-dire, ce qui, pour l’instant, n’existe pas.

 

Le résultat de ce travail fera l’objet d’une communication nationale