Actualités

LETTRE OUVERTE AUX FRANCAIS

Vendredi, 27 Juin, 2014

Françaises, Français,

Mes Chers Concitoyens,

 

Comme vous, je fais le constat suivant : La France, notre France part à vau l’eau.

De l’ancien français aller à val l’eau.

Dès le XIIe siècle, aller à val ou à vau voulait dire « en descendant le long, en suivant la pente de », un vau étant une vallée (on retrouve d’ailleurs ce terme dans l’expression par monts et par vaux). Au moins jusqu’au milieu du XVIe, cette locution, utilisée entre autres par Rabelais, avait le sens très concret de « suivre le fil de l’eau » ; c’est à partir de cette période que son sens abstrait commence à apparaître. On emploie d’ailleurs à val de route pour « en déroute » et être à vau l’eau pour désigner une entreprise qui fonctionne mal, et entre le mauvais fonctionnement et la perte ou la faillite, il n’y a qu’un petit pas qui a vite été franchi

 

 

Un Président de la République, Un premier Ministre, un gouvernement, un personnel politique, autant de responsables qui n’en sont plus.

En effet, dans les circonstances actuelles, à un moment où le peuple a perdu toute confiance en ses représentants, à un moment où aucune vraie solution sérieuse, complète, lucide, n’est proposée aux Français, c’est au Français d’exiger un vrai changement.

La démission du Président, la dissolution de l’assemblée nationale et de nouvelles élections. Pour obtenir satisfaction, les citoyens doivent se mobiliser et descendre dans la rue par millions, dans toute la France, pour imposer une décision rapide et efficace.

Notre pays ne peut plus se contenter d’à peu près, d’un dialogue social totalement inefficace uniquement soucieux de préserver des droits acquis voir en demander encore plus alors que le pays est exsangue et des partis politiques qui, au lieu de se concerter pour apporter de bonnes solutions, passent leur temps à se démolir.

La France ne peut plus vivre de promesses sans fondement, les Français doivent prendre leurs responsabilités devant l’incompétence de nos gouvernants à résoudre les problèmes, c’est-à-dire à accomplir ce pourquoi ils ont été élus.

J’en appelle à une grande journée de mobilisation au mois de septembre, à la rentrée. Mais cette manifestation nationale, que j’appelle de mes vœux, ne doit en aucun cas profiter aux partis politiques, seule la société civile doit y participer. Les partis politiques en tireront les conséquences qu’ils jugeront utiles. Aujourd’hui, les Français lucides doivent descendre dans la rue pour

CHANGER LA FRANCE

Changer la France cela veut bien dire quelque chose de sérieux, car les mots ont un sens. Ces nouvelles élections générales, que nous appelons de nos vœux, devront permettre d’amener au pouvoir du sang neuf, et éliminer celles et ceux qui nous ont mis dans cette situation inextricable, depuis de très nombreuses années.

Si le changement avait été maintenant, si la rupture avait été réelle et non une chimère, nous n’en serions certainement plus à faire en sorte que nos déficits perdurent, que le pouvoir d’achat baisse avec une fiscalité qui augmente, que le chômage explose et que nos industries et nos créateurs de richesse s’exilent sous des cieux plus cléments.

Les Français en ont assez de voir le plus beau pays du monde s’étioler sous leurs yeux.

Françaises, Fiançais, mes Chers concitoyens, j’ai confiance en vous. Rassemblons-nous et agissons ensembles, soyons efficaces pour la France.

 

Alain SANDLER

Président du Cercle des Citoyens Français

Téléchargement: