Actualités

LE CERCLE DES CITOYENS FRANÇAIS : SA RAISON D'ETRE

Lundi, 2 Juin, 2014

Le Cercle des Citoyens Français :

 POURQUOI FAIRE ?

 « Le monde est dangereux, non pas à cause de ceux qui font le mal, mais à cause de ceux qui regardent le mal et laissent faire le mal »

Cette pensée d’Einstein, illustre parfaitement la situation de la France.                                                     

Les partis politiques sont en quête de pouvoir, les citoyens sont en quête de tranquillité, de sérénité et de leur propre responsabilité.

C’est pourquoi, le Président de la République doit être indépendant et au-dessus des partis, arbitre des valeurs et en prise directe avec le peuple en cas de divergence avec une majorité de parlementaires.

Il pourrait faire équipe et être élu de concert avec un vice-président en lieu et place du premier ministre actuel. Cette équipe de gouvernants pourrait être constituée d’ un homme issu de la politique et un autre issu de la société civile. Le vice-président étant le chef de gouvernement et élu lui aussi par le peuple. La démission de l’un entrainant obligatoirement la démission de l’autre.

Cette nouvelle structure étant la base de la VIème République et de la nouvelle constitution à venir.

Nos concitoyens sont majoritairement défiants à l’égard de nos politiciens, ils sont mécontents de la manière dont notre pays est gouverné depuis des décennies, mais quand il s’agit de se mobiliser pour agir, les rangs sont très clairsemés.

Pourtant  tous les électeurs sont complices de cette mauvaise gouvernance, de ce système des partis dans lequel la France est bloquée, puisque ce sont eux qui élisent nos gouvernants et ce faisant ils assurent la pérennité de ce système déplorable, qui divise les Français en blocs minoritaires au lieu de les rassembler autour d’idées fortes qui seules peuvent permettre à notre pays de retrouver la confiance, sa grandeur, son dynamisme, sa place en Europe et dans le monde. La France est aujourd’hui, le mouton noir, le pays à la traine de l’Union Européenne, le pays qui ne fait pas les réformes utiles à sa modernisation. Le pays qui vote par déni et non par conviction, non par enthousiasme mais avec réserves.

Voilà pourquoi, nous avons créé l’association « LE CERCLE DES CITOYENS FRANÇAIS », qui se veut indépendante de tous les partis politiques, mais prête à dialoguer avec ceux qui feront preuve de moins de sectarisme que les autres et qui accepteront d’envisager ce changement de système, car ce changement est inexorable, il se fera à un moment ou à un autre, mais le plus tôt sera le mieux.

La Vème République, comme ce fut le cas de la IVème est aujourd’hui à bout de souffle, mais les partis politiques, pour la plupart, qui en sont les bénéficiaires, n’ont pas envie d’en changer et de ce fait ne font rien pour. Pas plus le Front National que les autres. Il se contente de le critiquer  et s’il arrivait qu’il prenne le pouvoir  à  cause de la faiblesse de ses concurrents, il s’en accommoderait !!!

Pourtant  le monde lui a changé, depuis le Général de Gaulle, le père de cette Vème République. Celui-là même qui avait la plus grande hostilité à l’égard du régime des partis. Lui était indépendant et au-dessus de ces mouvements politiques, il savait questionner les Français quand il le fallait. C’était un Président indiscutable qui impulsait les grandes orientations. Il a su se retirer au moment où il avait perdu sa majorité…

 Les Républiques comme les hommes ont une courbe de vie. La Vème est depuis longtemps déjà, dans sa courbe descendante.

Mais une fois que l’on a dit cela, il faut proposer une solution car une critique sans proposition d’alternative, n’a pas de sens.

Il ne faut pas craindre d’innover en tenant compte des errements du passé afin de les contourner.

Le Cercle des Citoyens Français, s’est donné pour mission de résister à ce système perdant et à ce personnel politique Français, dépendant d’une oligarchie

 

malfaisante. C’est une ambition démesurée, si nous devons agir seul. Mais, les minorités agissantes ont de tout temps, prouvé, qu’elles finissaient par gagner, quand la cause qu’elles défendaient était juste et adaptée. Quand la cause justifie une action concertée par un grand nombre de partisans.

C’est la raison pour laquelle, un adhérent du Cercle est quelqu’un qui est décidé à résister. Et lorsque l’on veut résister, il faut se battre, il faut convaincre un maximum de personnes à nous rejoindre car seule l’Union fera notre force. Il faut abjurer ses concitoyens à réagir avec nous et non de se contenter de critiquer et de subir sans agir.

Ce sont les citoyens eux-mêmes qui doivent imposer le changement.

Le peuple a perdu sa souveraineté, il doit la retrouver.

Comment ?

En adhérent au Cercle et en défendant l’idée du changement de système politique et en combattant l’oligarchie.

Notre pays vit dans une démocratie qui n’en est pas une. En effet, les candidats aux élections, c’est-à-dire à la prise de pouvoir, présentent des programmes alléchants, adaptés chacun à une niche du marché politique, car aujourd’hui, la politique est devenue un marché et l’argent en jeu en est le principal moteur. Les derniers évènements concernant l’UMP, qui font suite à ceux du P.S. en sont la confirmation.

Une fois au pouvoir, le clan qui a gagné, oublie les propositions qu’il a faites, et gouverne à sa guise, sans tenir aucun compte de l’intérêt général, mais uniquement par rapport à son idéologie et à ses dogmes. Cela correspond à la minorité qu’il représente, et cela explique pourquoi, la France est un bateau ivre. C’est-à-dire un pays qui n’a pas de ligne de conduite suivie, aucun  objectif clair sur les moyens à mettre en œuvre pour sortir d’une crise qui est, contrairement aux idées reçues essentiellement franco-française. Il ne faut pas faire porter le chapeau aux autres et notamment à l’Union Européenne, c’est à nous de nous adapter aux temps modernes.

Nous sommes toutes et tous responsables et coupables.

La France est un grand pays qui vieillit mal.

 

La France marche sur la tête et il faut la remettre sur pieds. Ce ne sont pas ceux qui ont contribués à cette situation, qui peuvent nous en sortir.

Cette démocratie représentative qui prouve ses limites doit laisser la place à une démocratie adaptée à notre pays, c’est-à-dire une démocratie semi directe.

Ce système, qui est l’illustration du combat mené par le C.C.F, permettrait de mettre en place un contre-pouvoir citoyen, qui aujourd’hui manque cruellement à notre système politique. Une gouvernance, sans contre-pouvoir, n’est pas une démocratie, c’est un simulacre. Les médias, qui se disent contre-pouvoir, ne sont que des récepteurs et transmetteurs. Ils bénéficient eux aussi d’avantages qu’ils protègent, ce sont des membres de l’oligarchie, ils ne sont pas indépendants. On peut toutefois constater quelques  exceptions à cette règle quand les médias d’un camp, nous font découvrir les turpitudes du camp opposé.

Seul Internet permet de s’exprimer librement et influence les idées reçus de la pensée unique.. Internet sera probablement l’un des meilleurs moyens d’expression pour faire évoluer notre système politique.

La base de la démocratie semi-directe, c’est le référendum qui peut être d’initiative, gouvernementale, régionale, locale mais aussi et surtout d’initiative citoyenne.

Cela permet d’aller aux urnes pour des idées et non pour des représentants politiques qui cultivent leur ego et leur situation financière.

Le Cercle des Citoyens Français, est donc la maison despatriotes, le point de rencontrede toutes celles et de tous ceux qui ontcompris que pour sortir de la France bloquée,il faut se rassembler et résister à ce système politique sclérosant, qui ne mène à rien.

Il faut agir, parler, argumenter et convaincre. C’est la mission des adhérents du Cercle.

 C’est ce pourquoi, nous avons décidé de publier un ouvrage à paraitre dont le contenu indique toutes les raisons qui impliquent un changement de système politique dans notrepays. Son titre :

 

« Notre Combat : les mots ont un sens ».