Actualités

il faut changer la France

Vendredi, 7 Août, 2015


 

FORMER LA CHAINE DE LA RESISTANCE

 

Souvenez-vous que, lorsque la résistance des Français se met en œuvre : elle gagne.

Il faut changer la France

 

 

République et Bastille

 

A bout de souffle, la Ve République et son présidentialisme. Comment renouveler la confiance des citoyens dans la politique, dans leurs élus, dans leurs institutions ? Faut-il passer à la sixième République, comme le demandent des voix de plus en plus nombreuses ? Quels changements, quelles innovations apporter, et par quelles voies ?

Les régionales et le pouvoir citoyen

06 août 2015 |  Par bernard uguen

Les élections régionales auront lieu au mois de décembre 2015. Les listes et les programmes se préparent dans l'indifférence quasi générale des citoyens. Le moment me semble opportun pour soumettre aux listes qui vont se présenter à ces élections, une proposition de contre-pouvoir citoyen  au niveau régional.

 Le Contre-Pouvoir Citoyen et la Région : «Il n’y a pas de pouvoir sans abus de pouvoir»

Trop longtemps, notre système politique a accepté les dérives des pouvoirs institués jusqu’à la confusion des principes démocratiques, l’impunité des abus de pouvoir et parfois même la négation d’un état de droit qui a même pu aller jusqu’à l’invalidité d’une décision référendaire. Quasiment toutes les réformes institutionnelles de notre Vème République, hormis l’élection présidentielle au suffrage universel, ont eu pour effet un éloignement du citoyen des lieux de pouvoirs, de délibération ou de décision politique. La réforme régionale actuelle avec la création de métropoles et de grandes régions n’y dérogera pas.

Il est temps qu'un pouvoir citoyen s'instaure afin de suppléer des institutions qui refusent, ne peuvent ou tardent à se réformer. Cependant, un pouvoir citoyen non élu, ne peut avoir la légitimité démocratique des assemblées élues, qui, seules, possèdent les pouvoirs de décision et de gestion publique. Il est donc nécessaire de concevoir ce pouvoir citoyen comme un «contre-pouvoir» organisé, avec  un mode de fonctionnement spécifique, des compétences définies  pour le contrôle des pouvoirs élus et contre les abus de pouvoir. La compétence de ce contre-pouvoir citoyen est donc exclusivement circonscrite à la défense du bon fonctionnement de la démocratie, à l'amélioration des procédures démocratique, à la défense des libertés publiques.

La Région possède une compétence générale et par ailleurs, elle est à même d’utiliser un droit à l'expérimentation reconnu par tous.  C'est ce que nous proposons aux listes candidates, d'oser inventer par l'instauration au niveau régional d'un contre-pouvoir détenu par les citoyens.

Bien entendu ce contre-pouvoir citoyen, loin de la démocratie participative traditionnelle, devra être institutionnalisé et reconnu à terme, par la constitution de la république.

Le Contre-Pouvoir citoyen

Organisation du Contre-pouvoir citoyen.

Le Contre-Pouvoir Citoyen sera proposé dans le cadre d'un  programme chargé de promouvoir une politique de sensibilisation et de formation aux droits et devoirs du citoyen, aux libertés publiques, aux contrôles démocratiques. Il s’agit, ainsi d’établir un véritable Service Public  régional œuvrant à la participation des citoyens à la vie publique. A chaque niveau institutionnel doit correspond un contrepouvoir citoyen évolutif en commençant par le niveau communal, cellule de base de la démocratie.

Ce service public de la citoyenneté s’organise autour de la création dans chaque commune, d’une Assemblée de Citoyens, regroupant les électeurs volontaires et bénévoles, pour s'engager dans le travail de rénovation démocratique. Cette association est chargée de gérer et d’organiser en toute indépendance une Maison du Citoyen, ouverte à tous, et apte à rendre les services d'information, de rencontres et de débats pour les citoyens de la commune ou de la communauté de communes.

 

Au niveau régional, le contre-pouvoir citoyen prend une autre dimension, celle de « Chambre de Citoyens » institutionnalisée et chargée de remplir les fonctions détaillées plus bas.

1.     La chambre de citoyens remplace et entraîne donc la suppression des Conseils Economiques et Sociaux et Environnementaux

2.     Chaque Chambre Citoyenne sera composée d’un nombre équivalent de membres de l’assemblée élue correspondante. (au niveau régional, autant que de conseillers régionaux, au niveau national, autant que de députés).

3.     L’indépendance de chaque Chambre Citoyenne est assurée par l’inscription automatique du financement de son fonctionnement dans le budget de la collectivité correspondante. Ce budget sera fixé par la loi, mais ne saurait être inférieur aux budgets de fonctionnement des CESEs remplacés.

4.     La Chambre des Citoyens est composée de « citoyens tirés au sort » parmi les membres des assemblées citoyennes communales.

5.     Les Chambres de Citoyens, comme les "associations citoyennes communales", sont habilitées à saisir les tribunaux et à se porter partie civile devant la justice, pour les manquements, malversations et autres délits condamnables par la loi. 

Le Statut des tirés au sort.

a) Les Chambres de Citoyens sont renouvelées à mi-mandat de l’assemblée élue (conseil régional). Le tirage au sort s’effectuant toujours parmi le collège des adhérents des associations communales de citoyens de la région.

b) Les tirés au sort seront responsables des missions qui leur seront attribuées par les chambres de citoyens, rendront compte annuellement de leurs activités et de leur fonctionnement devant elles ainsi que devant les associations communales dont ils seront issus.

c) Un statut du « tiré au sort » sera établi, fixant la charte éthique d’engagement, les modalités de formation à la fonction, le montant des indemnités de mandat, et toutes autres mesures appropriées..

d) L’indépendance de chaque Chambre Citoyenne sera assurée par l’inscription automatique du financement de son fonctionnement dans le budget de la collectivité correspondante.

Compétences des Chambres de Citoyens.

Le contre-pouvoir citoyen a pour objectif le contrôle des procédures démocratiques, des élus, des pouvoirs publics, des organismes parapublics, et pour mission d’en assurer l’information les citoyens.

 

  • 1) Fonction de contrôle des pouvoirs institutionnalisés. La Chambre de citoyens a la capacité de créer des commissions d’enquête et d’investigation et d’en assurer la neutralité partisane. Elle contrôle la communication institutionnelle des différents organismes publics régionaux. Elle est en outre responsable du suivi des rapports de la cour des comptes, dont elle est le partenaire privilégié.
  • 2) Fonction de proposition et d’avis. La Chambre des citoyens détient la totalité des compétences des Comités Economiques et Sociaux (rapports, études, avis). dans son domaine de compétence (fonctionnement de la démocratie et procédures démocratiques), elle peut déposer des propositions de décision, de règlement, des avis, auprès des assemblées élues, et de prendre l’initiative de pétitions en vue de l’organisation de référendum si les citoyens le décident. La Chambre des citoyens participera au dialogue social et pourra organiser des pétitions nationales en cas de désaccord avec les syndicats.
  • 3) Fonction de relais-citoyen. La Chambre des Citoyens assure la gestion des pétitions citoyennes et des référendums d’initiative citoyenne qu’elle sera en mesure d’exiger si le résultat d’une pétition est positif et signée par le nombre de citoyens exigé.     Elle est partenaire dans l’organisation des enquêtes d’utilité publique et leur suivi, et elle a le pouvoir de créer des comités d’experts indépendants. Elle peut, par ailleurs, être également le relais des demandes citoyennes d’intérêt général auprès des pouvoirs publics.
  • 4) Fonction d’information des citoyens. Le Contre-Pouvoir Citoyen assure le suivi et la bonne application de la loi de 1978 sur la transparence de l’action administrative et l’information des citoyens. (CADA), et est partenaire de tous les organismes déjà existants de contrôle et de transparence de la vie publique. Le Contre-Pouvoir Citoyen est le partenaire essentiel des débats organisés par les pouvoirs publics, et est habilité à assurer la diffusion des comptes rendus et rapports réalisés.