Les bulletins

AU FIL DES JOURS N° 22 - MAI 2014

N°    22 - Mai 2014

La nouvelle lettre

« Au fil des jours »

du Cercle des Citoyens Français

Association des patriotes indépendante de tous les partis politiques

Il est recommandé de faire suivre cette lettre hebdomadaire sur la toile

Si vous souhaitez ne plus recevoir notre lettre hebdomadaire, il vous suffit de le demander par courriel à : lecercledescitoyens@orange.fr

_____

 

SOMMAIRE :

·        EDITO

·        Où en est la politique en France

·        Eolien « offshore » un naufrage

·        Le continent Européen

·        L’ambition de Denis PAYRE

·        Il faut donner la parole aux Français

·        La France vu d’ailleurs (de Suisse)

·       EDITO

F                      

 

Françaises, Français,

Mes Chers Concitoyens,

Tout fou le camp, rien ne va plus.

Quand dans un pays, le parti majoritaire se trouve être les abstentionnistes, quand les deux partis principaux de gouvernement, se retrouvent avec moins de 20 % du corps électoral, quand un parti insuffisamment structuré, un parti qui propose des solutions très dangereuses gagne des élections, mais ne représente lui aussi qu’environ 12 % du corps électoral, quand chaque mois, depuis fort longtemps le chômage augmente, quand les impôts ne rentrent plus, alors il est grand temps de se réveiller.

Françaises, Français, vous avez le devoir de vous lever et de dire : ça suffit comme ça.

Lorsque les citoyens bénéficient de droit, mais qu’ils ne remplissent plus leur devoir électoral, quelles qu’en soit les raisons, c’est vraiment que le pays se délite, que le pays part à dérive, que plus personne n’a confiance au personnel politique ni en l’avenir, l’heure est grave, elle est extrêmement grave.

Quand pendant ce temps-là, le parti au pouvoir ne sait plus comment s’en sortir, quand le parti au pouvoir n’a aucune ligne de conduite sérieuse et claire et décide tout et son contraire en l’espace de deux ans, les citoyens ne peuvent plus rester inertes. Il faut résister et prendre ses responsabilités.

La démocratie doit retrouver ses droits qui sont bafoués par un système politique complètement pervers.

Les Français doivent prendre la parole par référendum et appeler les grandes réformes indispensables pour que la France, ce grand pays, retrouve sa place, retrouve sa vigueur, retrouve son dynamisme, retrouve une vie à l’image de ses valeurs.

La Vème République est malade de ses dirigeants qui n’ont pas su gérer convenablement et qui en ont détournés les fondements.

Le Cercle des Citoyens Français,   est indépendant de tous les partis politiques, si vous le rejoignez en masse, il pourra être le catalyseur d’une très grande action nationale en vue de remettre la France sur ses pieds alors qu’aujourd’hui elle marche sur la tête.

Françaises, Français, aidons nous les uns les autres.

Rejoignez-nous.

Le Cercle des Citoyens Français

250  Rue Commandant Charcot – 69110 Sainte Foy les Lyon

Lecercledescitoyensfrancais.fr

lecercledescitoyens@orange.fr

 

 

Où en est la politique en France ?

 

En France, la politique reste dominée par les deux grands partis que sont l’UMP et le PS. Qu’on le veuille ou non, c’est une réalité pour l’instant incontournée, mais « o » combien contestée. 

 

Le PS en grande perte de vitesse, fait sournoisement la courte échelle au FN pour réduire l’impact de son concurrent UMP et surtout donner aux médias de quoi se repaitre. Tout est concentré sur le FN alors que l’intérêt du pays est ailleurs bien entendu.

 

Marine LE PEN et ses quelques lieutenants, s’y voient déjà.

 

Pourtant les partis politiques marginaux restent marginaux. Le Front de Gauche et le parti communiste voient le nombre de leurs voix diminuer. Le parti communiste, malgré d’importantes pertes, garde encore 93 villes sous son contrôle. Les Verts n’ont conquis qu’une seule grande municipalité : Grenoble, en ont 6 au total et ont quitté le gouvernement.

 

Le Front National a certes progressé (+ 10 villes) mais ce chiffre demeure très modeste et beaucoup de ses dirigeants ont échoué (Philippot à Forbach, Alliot à Perpignan entre autres). Les observateurs ont comptabilisé pour le FN  des villes à tort : Ménard à Béziers ne cesse de dire que le FN  est une composante minoritaire sur sa liste. Les deux villes des époux Bompart (Orange et Bollène) sont tenues par des anciens du FN aujourd’hui en rupture de parti. La mairie du 7ème de Marseille n’est pas une vraie mairie : les mairies d’arrondissement ont peu de pouvoirs. Ce parti manque cruellement de cadres compétents. Il prend ce qu’il trouve…

 

En réalité le FN a 1200 élus communaux et l’UMP 100 000. Cherchez l’erreur. Personne ne parle plus du Rassemblement Bleu Marine qui n’est qu’un cache misère.

 

 Le FN  tient un discours de plus en plus passe-partout, de plus en plus confondu avec celui du Front de gauche, les extrêmes se touchent, ce discours   n’est pas propre à mobiliser de nouveaux électeurs. Il dévie de sa route initiale, pour des raisons stratégiques et dogmatiques.

 

La carte des conquêtes du FN  montre que ce parti devient surtout un parti régional (comme la CSU en Bavière) avec des positions fortes le long de la méditerranée entre Béziers et Fréjus (six villes gagnées sur 10 sont dans cette zone).

 

Mais voilà que les Européennes le mettent en tête des voix et le font rêver encore plus. Philippot et Alliot ont pris leur revanche. Les médias crient au séisme politique, au tsunami, et bien entendu ils en font leur une avec ravissement car ils font ainsi tinter leur tiroir-caisse.

 

Le F.N. se retrouve avec des députés Européens Français majoritaires en nombre à l’assemblée de l’U.E alors qu’ils sont totalement opposés à l’Europe, ils n’aiment pas l’Europe, ils l’a bannissent au quotidien, elle serait d’après eux, responsable de tous nos maux. C’est trop facile, Il n’en est pas moins vrai, que l’image de la France en a pris un bon coup, à juste raison.

 

Quelques nouveaux comme Nouvelle donne à gauche et Nous Citoyens au centre droit pointent leur nez, mais ne proposent rien de nouveau qui puisse leur donner la moindre chance de percer fortement. Ils ne parviennent pas à sortir du lot et pour cause, même s’ils pensent être originaux. Ils ont un vrai travail de fond à faire, pour atteindre leur but. Ce but qu’ils n’expriment même pas.

 

Les partis vainqueur des dernières élections sont l’UMP aux Municipales et le FN aux Européennes. Souvent peuple varie. Non seulement l’UMP  emporte de nombreuses villes (+110)  dans une proportion jamais intervenue depuis 1945 mais de façon automatique, ces conquêtes entraineront sa victoire aux élections sénatoriales de septembre prochain et laissent augurer une position à nouveau dominatrice. Ce que les Européennes ont remis en cause.

 

Mais cet UMP reste une formation très divisée entre une tendance centre gauche et atlantiste dominante chez les notables dont le chef naturel est Alain Juppé (quel retour en arrière …), et une tendance de droite néo-gaulliste et patriote correspondant aux tendances « droite forte » (Guillaume Peltier) qui prépare le retour de Nicolas SARKOZY aux affaires et « droite populaire » (Thierry Mariani) qui font près de la moitié des votes des militants. Laurent Wauquiez se distinguant avec un discours explosif sur l’Europe, pas très réaliste et Bruno LEMAIRE se rapprochant des déclarations de François COPE.

Seulement voilà, le séisme UMP est là, son Président J.F. COPE obligé de démissionner pour une sombre histoire de gros sous, dans laquelle la campagne de Nicolas SARKOZY est impliquée. On flirte avec l’implosion. Décidemment, vraiment, rien de va plus.

 

Les Français eux, se mobilisent de moins en moins. Ils sont de plus en plus défiants à l’égard du personnel politique, dégoutés de constater qu’aucun mouvement  ne se dessine dans le paysage politique Français, pour proposer les vrais solutions, les vrais réformes, la purge à mettre en œuvre pour faire maigrir l’état obèse, pour remettre la France au travail, pour supprimer  drastiquement  les blocages divers et variés au lieu de les augmenter comme le fait le parti socialiste au pouvoir.

 

Il faut cesser d’emmerder les Français. Il faut leur donner la parole. Ils sont tout à fait conscients des vrais problèmes et des solutions à mettre en œuvre. Il suffit d’un déclic pour les réveiller.

 

Il existe un boulevard pour celles et ceux qui proposeront de renverser la table et de remettre notre pays à l’endroit, en bon ordre de marche.

 

S’il y a une chance de changer les états d’esprit, c’est en empruntant cette voie royale, avec force, avec détermination, avec  une pédagogie adaptée et des propositions claires et nettes. L’entreprise France a besoin d’un patron, un vrai. Pas un patron de circonstance.

 

Ce ne sont pas les élections européennes qui changeront grand-chose à l’affaire. Le choc des résultats ne sera que de courte durée. Tous les partis sont déjà branchés sur 2017. Quels seront les deux heureux gagnants des primaires (le premier tour) pour s’affronter au second.

 

Tout est fait pour que Marine LE PEN soit l’une des deux, de telle manière que ce soit son opposé qui sera Président. Aujourd’hui, aucun autre candidat que ceux du PS ou de l’UMP ne peut espérer gagner.

 

Aucun autre candidat ne sort du lot. Aucun autre candidat n’est suffisamment aguerri, suffisamment déterminé et clair dans  son discours, avec des propositions chocs, pour prétendre sortir de la marginalité. Aucune personnalité ne se sent des ailes pour révolutionner la politique.

 

 Ils sont tous parés de dogmes qui divisent au lieu de rassembler. Pourtant les candidats seront peut-être nombreux à avoir franchi le cap des 500 signatures. Mais là encore, ce sont les élus de droite ou de gauche et les médias qui feront la décision, c’est-à-dire l’oligarchie…..

 

Oui Chers amis, aujourd’hui la France est bloquée dans un système très pernicieux, entre les mains d’une oligarchie qui n’est pas du tout décidée bien sûr à ce que les choses changent.

 

Existe-t-il dans notre pays, un homme ou une femme capable de mettre tout le monde d’accord et de prendre le leadership ? C’est la question et c’est une question très couteuse…. Pourtant notre grand pays : La France n’attend que cela et elle le mérite.

 

C’est sur l’élection présidentielle, que repose le destin de la France. Qu’on se le dise. La Vème République agonise, quand va-t-elle mourir ?

 

Et pourquoi « France Unie » ne se lancerait-elle pas, dans ce combat, elle en a le bon profil,  les compétences et la détermination, mais en aura-t-elle les moyens ?

 

Eolien "offshore" : le naufrage du bon sens

Par Michel Gay

le 19 mai 2014

 

« Les usines éoliennes offshore, c’est un équilibre qui n’est pas acceptable entre les bénéfices et les aspects négatifs », ainsi les membres du Collectif de la Mer définissent leur pensée. Rémy Gautron, de Guérande, président de la Fédération Presqu’île Environnement, Claude Lhorty de La Baule, Jean-Philippe Gallon du Pouliguen et Alain Doré de Pornichet, ont organisé une conférence de presse pour expliciter leurs arguments. Sur tous les plans, social, économique et écologique, ils dénoncent un projet qui selon eux, ne fait pas toute la lumière sur les contraintes et les enjeux.

 

Après un premier appel d’offre d’aérogénérateurs les "pieds dans l’eau", baptisés«éoliennes offshore», à Etretat, Arromanches, la Baie de Saint Brieuc et la Baule, c’est au tour de la Baie de Somme-le Tréport et de l’Ile d’Yeu-Noirmoutier d’être ciblés par le deuxième appel d’offre.

 

Alors que l’économie de la France est dans une phase critique, des dizaines de milliards d’euros vont être dilapidés pour fabriquer moins de 2 % d'une électricité intermittente, inappropriée à la demande de l'utilisateur et donc de mauvaise qualité et, de plus, quatre à cinq fois plus chère que le prix du marché.

 

Ces sommes démentielles seront prélevées sur la facture d'électricité des français pour être englouties en mer. Une hausse vertigineuse du tarif de l'électricité a déjà commencé via la CSPE (contribution sociale pour la production d'électricité), alors que 9 millions de consommateurs sont déjà en situation énergétique précaire et doivent être socialement assistés…. ce qui contribue aussi à l'augmentation de la CSPE !

 

Le coût complet de mise en place des moyens complémentaires est aujourd'hui mal identifié (réseau électrique, aménagement d'infrastructure portuaire, subventions, construction de nouvelles centrales thermiques de production d'électricité pour compenser l'intermittence). Il représente cependant, à l'horizon 2050, plus d'une centaine de milliards d'euros que devra supporter le contribuable français.

 

Il s'agit d’un non-sens économique et à terme d’une destruction globale massive d'activités et d’emplois par atteinte de la compétitive des entreprises de notre pays. Comment des gangs de racketteurs œuvrant habilement sur le dos des citoyens contribuables et consommateurs ont-ils pu gangréner l'esprit de nos dirigeants à ce point ?

 

Le développement programmé de l'éolien "offshore" va contribuer à l'appauvrissement de la France pour satisfaire des intérêts privés et des accords électoraux avec les "Verts" au détriment de l'intérêt national.

 

Le Continent Européen

L'Union Européenne c'est 500 Millions d’habitants et cette Union est souhaitable face à la Mondialisation. Nos glorieux ancêtres qui l’ont concocté ne doivent pas être jetés aux orties, c’est un devoir de mémoire. Mieux vaut l’Union à la désunion. Mais l’Union appelle des concessions et des efforts d’harmonisation de tous côtés. Nous avons besoin d’une Union cohérente avec des états solidaires mais demeurant souverains.

Evidemment que l'Europe n'est pas la cause de nos ennuis, nous sommes responsables de notre propre Chômage et du manque de croissance de la France avant tout par Manque de réactivité de nos politiques nationaux depuis des décennies. Je ne cesse de le dire : « notre pays souffre d’une crise franco-française qu’il va bien falloir résoudre ».

Mais un retour en arrière serait un enfermement coupable et suicidaire face aux soi-disant pays émergeants qui auront très bientôt émergés. Ils gagnent des parts de marché à tout moment et l’Europe se laisse faire. Cela ne peut plus durer. Les Européens doivent réagir et se défendre efficacement. Ce n’est pas pour autant qu’il faut capituler car le remède serait pire que le mal.

L'Europe n'est pas parfaite loin de là et  il y a  beaucoup à dire mais aux Européens à l’améliorer en réformant ce qui doit l’être. Il faut arrêter de donner à la commission des pouvoirs qui ne doivent pas lui revenir et donner à l’assemblée les pouvoirs qui lui reviennent démocratiquement et enfin laisser aux états une liberté d’action sur leur personnalité et leur singularité. Le patriotisme citoyen doit pouvoir subsister.

Dans cet esprit, la France est dans l’obligation de se réformer elle aussi. Il faut rajeunir notre vieux pays, lui donner un sang nouveau. Mais pour cela, il faut des hommes neufs, nous devons changer de génération politique et faire évoluer fondamentalement notre constitution.

La VIème République est en marche car les Républiques ont-elles aussi une courbe de vie et celle de la Vème est très descendante depuis trop longtemps déjà. Mais pas n’importe qu’elle République. Une République revitalisée, modernisée, démocratisée, dérégimentée, une République dynamisée à la hauteur du Grand pays qu’est la France.

L’ambition de Denis PAYRE « NOUS CITOYENS »

« C’est bien ce que je craignais, égo quand tu nous tiens… »

Sa dernière déclaration au Figaro : « J’ai déjà gravi deux Everest en créant Business Objects et Kiala qui m’ont rapporté très gros, la politique n’en est qu’un de plus » Il revendique 10 000  adhérents pour son parti en 8 mois ; Autant que les verts, plus que NPA ! Mais il oublie de dire que ce ne sont que des marginaux. Il présente des listes aux Européennes avec l’ambition d’être un anti dote au FN. Il prépare son programme pour 2017 et déclare qu’il proposera ce programme aux partis. Mais à condition de changer de leadership et de lui donner un rôle essentiel. Comme si les partis de l’oligarchie attendaient Monsieur Denis PAYRE.  Il n’exclut pas non plus de participer à une primaire ouverte organisée par l’UMP.

On est en plein délire…

Il n’aura aucun élu aux Européennes, satisfait d’un score inférieur à 5 %, donc totalement inopérant.

En réalité, Monsieur Denis PAYRE participe à la course à l’échalote avec un objectif, se placer dans l’oligarchie et non d’en sortir la France.

Il se veut politicien en déclarant qu’il n’est pas partisan mais apolitique.

Si ce n’est pas une tromperie, qu’est-ce ? Le marché de la politique s’ouvre à lui, après celui de l’informatique, un nouveau marché, ou plutôt une nouvelle niche dans laquelle il veut se tailler une place. L’intérêt général du pays, celui de la société civile qu’il se dit vouloir défendre, foutaise… Ses propos l’attestent malheureusement.

D’ailleurs on ne parle que de lui, partout où les médias l’accueillent, on ne voit que lui, Denis PAYRE par ci, Denis PAYRE par-là, mais compte tenu de la fadeur de ses propos, il manque le principal : de vrais propositions concrètes,  les partis n’ont rien à craindre, ce sera un feu de paille où un entreteneur d’ego de plus !!!

A moins qu’il apprenne très vite, et qu’il se positionne vraiment là où devrait le conduire son analyse, avec les Citoyens, en leur donnant la parole, c’est-à-dire en jouant le jeu de la démocratie et non celui de l’oligarchie.

Mais ça, cela semble aujourd’hui pour lui, une toute autre histoire. Mais souvent politique varie !!!!!

Voir le Figaro Magazine du 23 Mai page 24.

Il faut donner la parole aux Français par le référendum 

Le président de la République  François Hollande ignore, voire se moque de l’opinion majoritaire des Français respectueux de leurs traditions, de leurs racines et de leur patrie. Il n’est malheureusement pas le seul… Ses prédécesseurs aussi.

 


 

Si nous voulons que notre pays retrouve sa démocratie et chasse l’oligarchie qui nous mène au désastre, il faut poursuivre l’action mais avec une nouvelle approche : se battre pour qu’on instaure le référendum pour tous par une réforme de la Constitution et probablement changer la République Il faut faire du référendum un contre-pouvoir.

Cette réforme est attendue par 80 % des Français, selon un sondage de 2004. Depuis, cette volonté s’est encore renforcée. C’est la seule solution pour réformer notre pays et faire évoluer son système politique. Pour en finir avec cette démocratie confisquée et cette démagogie partisane.

Nous devons imposer qu’une pétition obtenant la signature de 1 % du corps électoral fasse obligatoirement l’objet d’un référendum. Si une telle réforme avait été adoptée, les 700.000 signatures obtenues par la Manif pour tous n’auraient pas pu être mises à la poubelle.

 

Il y a urgence. Dans une démocratie, on ne peut accepter que le peuple soit mis devant le fait accompli. Il doit pouvoir se prononcer. Il doit pouvoir prendre la parole en cours de mandat et non se contenter de signer un chèque en blanc tous les 5 ans à des hommes politiques qui ne respectent pas leurs engagements initiaux. Quand, après 24 mois d’exercice du pouvoir, le Président n’a plus que 18 % d’opinions favorables, il n’a plus la légitimité nécessaire pour imposer son idéologie.

 

Dans un référendum les électeurs votent pour une réforme et non pour des hommes. Les enjeux de pouvoir sont mis de côté au bénéfice de l’intérêt général. Il  faut qu’il en soit ainsi, une pédagogie adaptée doit être faite, afin que la réponse donnée, soit bien celle à la question posée et non des réponses de circonstance qui faussent le résultat.

 

Le système Suisse est à étudier de très près en la matière, la Suisse pratique la démocratie directe depuis plus d’une centaine d’année et ce pays s’en porte très bien. Les ratios économiques et législatifs Suisses sont autant d’exemples à suivre. Le code du travail Suisse comprend une petite centaine de pages, le nôtre plus de 3 000 !!!! ? Ils ont moins de 4 % de chômeurs.  Un  exemple parmi tant d’autres.

 

La France marche sur la tête, remettons là sur pieds.

 

 

 

LA FRANCE  VU D’ AILLEURS

Le FN ne voudrait certainement pas du modèle suisse

La Suisse serait un exemple pour le Front National. Pourtant la Suisse est l’inverse de ce que prône Mme Le Pen et son étatisme à outrance.

Par  Philippe Nantermod depuis la Suisse, né le 27 mars 1984, originaire de Trois torrents, est une personnalité politique suisse, membre du Parti libéral-radical.

Lettre à nos amis français,

Vous l’ignorez peut-être mais vos débats politiques ont presque autant d’échos auprès de vos cousins helvètes que chez vous. Chaque bévue de votre président ou petite pique de votre opposition provoque des discussions passionnées dans nos bistrots. Les Suisses connaissent vos ministres, votre mariage pour tous et votre redressement productif.

Ces derniers mois, nous sommes nombreux à avoir été agréablement surpris que notre pays suscitait l’intérêt d’une partie de votre classe politique, et pas seulement pour imiter un accent inventé par Coluche ou pour pointer du doigt le secret bancaire.

Non, depuis quelques mois, le Front national se gargarise du " modèle suisse ". Nous serions un exemple pour Mme le Pen et ses amis. Or, ces gens n’ont malheureusement rien compris à ce qu’était la Suisse, à ce qui faisait notre modèle que nous ne cherchons à imposer à personne.

Il semble que les dirigeants français ont une fâcheuse tendance à caricaturer tout ce qui leur passe dans les mains. Ainsi, la Suisse serait un petit pays isolationniste, anti-minarets et anti-immigration. Quelle veine pour le Front national, évidemment. Je dois malheureusement les décevoir un peu : la Suisse est en réalité tout ce que le FN abhorre.

Notre démocratie, ce n’est pas une suite de " référendums d’initiative populaire " pour destituer un gouvernement qui aurait l’audace de " vendre l’industrie nationale " à des pays étrangers. Le franc suisse, ce n’est pas une monnaie destinée à être manipulée au gré des besoins d’une partie de l’économie. L’État fédéral, ce n’est pas l’égalitarisme à outrance, imposé contre le grand capital mondialiste. La Confédération, ce n’est pas une machine pour protéger les Suisses contre la concurrence étrangère. En Suisse, on ne pense pas que le taux de chômage est défini par le ministre de l’économie. On ne pense même pas que le taux de chômage est le problème de la politique, mais de l’économie.

La Suisse, c’est un pays qui signe des accords de libre-échange avec la Chine, les USA ou l’Europe, qui n’impose pas de salaire minimum, qui demande aux citoyens d’être responsables de leur avenir, qui ne cherche pas à protéger les entreprises contre leurs clients. La Suisse, c’est un pays qui encourage la concurrence, qui permet aux entreprises qui le souhaitent de délocaliser, qui ne parle pas stupidement de " patriotisme économique " ou de " préférence nationale ". C’est un pays qui ne voit pas l’Europe de l’Est comme une concurrence malfaisante, mais comme un client potentiel.

La Suisse n’est pas européenne car son économie est libérale, car sa population est ouverte à la concurrence internationale et parce que les citoyens suisses ne voient pas l’État comme la solution à leurs problèmes individuels.

Pour une initiative sur les minarets acceptée, il y a eu des chariots de projets anti-immigration massivement rejetés. C’est le peuple qui a choisi de signer les accords bilatéraux avec l’UE, d’adhérer à l’ONU et même de verser un milliard de francs d’aide à l’Europe de l’Est. Une votation ne fait pas les autres. En Suisse, on respecte son adversaire et on reconnait sa défaite lorsqu’elle arrive, sans en faire la fin du cycle politique.

En bref, la Suisse, c’est tout l’inverse de ce que prônent le Front national et son étatisme à outrance, son État paternaliste et protectionniste. Ce parti devrait se renseigner un peu plutôt que saliver bêtement à la seule évocation du drapeau de mon pays.

Chers amis français, j’aime que vous vous intéressiez à mon pays. Ne vous arrêtez simplement pas aux manchettes des magazines, mais penchez-vous davantage sur la richesse de ce petit pays de huit millions d’habitants, aux quatre langues et aux vingt-six cantons, qui pourra vous apporter en réflexion presque autant que vous nous en apportez au quotidien.

Bien à vous.

http://www.contrepoints.org/2014/05/27/167177-le-fn-ne-voudrait-certainement-pas-du-modele-suisse

COMMENTAIRE :

Voilà une intervention qui remet bien les choses en place et qui confirme tout à fait, l’intérêt des propositions de notre association. C’est aux Français que revient la responsabilité de remettre de l’ordre dans l’état, car la crise est avant tout franco française et le système politique est pleinement responsable de cette crise

 

Une parution prochaine…

Pourquoi écrire et diffuser cet ouvrage : IL FAUT CHANGER LA FRANCE ?

Tout simplement parce que les Français se désespèrent, ils ont le sentiment d’être pris en tenaille, par les partis politiques et leurs élus, et d’être dans l’incapacité totale d’intervenir pour changer le cours de notre histoire.

 

C’est à la fois vrai et à la fois faux.

C’est vrai, si les Citoyens se contentent de subir comme ils le font.

 

Mais c’est aussi faux, si ces mêmes citoyens décident de se rassembler et d’agir au nom du peuple souverain.

 

En effet, ce qui est évident : « ce ne sont pas ceux qui nous ont mis dans une situation détestable qui peuvent nous en sortir »

Selon le principe simple, aide toi le ciel t’aidera, la solution salutaire, ce sont les citoyens qui la détiennent.

« La vertu d’un peuple, c’est la responsabilité des citoyens » Montesquieu

Il est grand temps que les Français se mobilisent et résistent à ce modèle politique qui nous conduit dans le mur.

Jusqu’à quand laisserons-nous faire ? Le pire mal de notre pays, c’est la léthargie des citoyens devant un modèle politique désastreux

Sénèque a dit « ce n’est pas parce que les choses sont difficiles que nous n’osons pas, c’est parce que nous n’osons pas qu’elles sont difficiles »

Edmond Burke a dit : «  La seule chose qui permet au mal de triompher, c’est l’inaction des hommes de bien. »

Ces deux pensées doivent nous donner à réfléchir.

Cet ouvrage (260 pages) est destiné à faire l’inventaire de toutes les raisons qui justifient la mise en œuvre de la démocratie semi-directe

en complément de la démocratie représentative

ainsi que les moyens d’y parvenir

Il a été écrit avec l’aide de l’équipe dirigeante du Cercle des Citoyens Français